Si c’est Mushtaq Oosman qui a été évincé par une décision du Conseil des ministres, les deux special administrators de la BAI ont choisi de répliquer ensemble à l’annonce du gouvernement à travers un communiqué émis dans la soirée de vendredi.

La raison évoquée pour motiver le limogeage d’Oosman, soit sa manière de gérer les dossiers Courts, Iframac et Solis, ne semble pas convaincre Mushtaq Oosman et Yogesh Basgeet. Ils précisent ainsi avoir toujours agi de concert, «avec le plus grand professionnalisme, en toute transparence et dans le strict respect des règles de la gouvernance».

Plus loin, les deux cadres du cabinet PwC affirment également avoir tenu la Financial Services Commission (FSC) ainsi que la firme Ernst and Young au courant de tout leur processus de prise de décision. Et d’enfoncer le clou en rappelant que les administrateurs spéciaux n’ont reçu aucune critique ou complainte venant de la FSC à l’effet qu’ils n’auraient pas agi d’une manière satisfaisante. Mushtaq Oosman et Yogesh Basgeet concluent en annonçant qu’ils vont rencontrer le régulateur du secteur des assurances afin de tirer la situation au clair.

Lors de sa conférence de presse de mardi dernier, Roshi Bhadain, le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance, avait expliqué qu’il n’était pas satisfait du travail des special administrators, sans toutefois évoquer un éventuel limogeage de l’un d’eux. Deux jours plus tard, c’est Courts Asia, écarté du rachat de Courts, qui a émis un communiqué se disant « choquée et étonnée » d’apprendre que c’est Mammouth qui a finalement été choisi par la FSC. Courts Asia estimait être en pourparlers exclusifs avec les administrateurs spéciaux de la BAI depuis plusieurs semaines.

Selon les recoupements d’ION News, c’est le dossier Courts qui a pesé lourd dans la décision d’évincer Mushtaq Oosman. En effet, ce sont des divergences de vues fondamentales dans la manière de procéder à la vente de Courts qui auraient conduit à des tensions entre les special administrators, le régulateur et des décideurs politiques.