Mise à jour (09/01/14): Peu après 11h aujourd’hui, The Guardian a rapporté que son site a été débloqué sans qu’aucune explication ne soit fournie.

Ce mercredi après-midi, plusieurs internautes chinois se sont plaint à The Guardian de plusieurs soucis techniques sur son site. Sauf qu’il ne s’agit pas de cela : en effet, l’accès au site Web du quotidien britannique est interdit à Beijing. A travers le reste de la Chine, certains internautes font état d’un accès difficile tandis que d’autres disent que le site est bloqué occasionnellement.

Ce n’est pas la première fois qu’un média étranger est censuré en Chine. En 2012, les sites du New York Times et de Bloomberg ont été bloqués à cause d’articles publiés concernant l’enrichissement de familles de hauts dirigeants du pays. The Guardian soutient toutefois qu’aucun article ayant trait à la Chine et publié ces deux derniers jours ne porte sur des sujets aussi sensibles. Le journal ne comprend donc pas ce qui peut justifier le blocage du site. Selon Greatfire.org, qui traque les censures en ligne en Chine, le site britannique a été bloqué une première fois mardi.

Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a affirmé à Reuters ne pas être au courant de cette censure. Si l’on ne sait pas encore si celle-ci sera temporaire ou permanente, le porte-parole de Guardian News and Media explique, pour sa part, qu’ils sont en train « d’évaluer l’importance du blocage » et espèrent que « l’accès retournera à la normale très vite ».