Depuis l’annonce, ce matin, de la « disparition » d’un Boeing 777 de Malaysia Airlines, très peu de nouvelles ont filtré. En effet, on ne sait toujours pas ce qui a bien pu arriver à cet appareil transportant 239 personnes.

Le vol MH370 devait atterrir à Beijing tôt ce matin. Mais quelque deux heures après son départ de Kuala Lumpur, il a disparu des radars et perdu tout contact avec les tours de contrôle. Les médias vietnamiens et chinois, citant l’armée vietnamienne, ont, dans un premier temps, rapporté que le Boeing a sans doute crashé en mer au large du Vietnam.

Ce qu’avait toutefois démenti le ministre des Transports de la Malaisie. « La Civil Aviation Authority dit que c’est faux, et le ministère des Affaires étrangères dit que c’est faux », a-t-il déclaré.

Mais plus de 18 heures après sa disparition des radars, on suppose que le vol MH370 a dû s’écraser. Le Boeing n’avait du carburant que pour 7 heures et demie de vol. Les autorités vietnamiennes indiquent avoir détecté deux traînées de pétrole en mer, au sud du pays, sans toutefois confirmé s’il s’agissait du site du crash.

La Chine, le Vietnam et la Malaisie participent aux opérations de sauvetage au sud de l’île de Tho Chun, dans la mer de Chine méridionale. Et les Philippines, les Etats-Unis et Singapour ont également envoyé navires et avions pour aider dans les recherches. Celles-ci n’ont rien donné jusqu’à présent. Le Premier ministre malaisien Najib Razak a toutefois assuré que « les recherches continueront aussi longtemps qu’il le faudra ».

Source : CNN, The New York Post, Reuters

Photo (via Reuters) : Aéroport international de Beijing. Des proches des 154 passagers chinois du vol disparu sont dans l’angoisse.