Après avoir tenté de jouer à cache-cache avec le Mauritius Bar Council, l’avocat Sanjeev Teeluckdharry passe à une étape supérieure. Convoquée par ses pairs pour violation de l’étiquette relativement à ses attaques contre des membres du barreau dans le sillage de la publication du rapport de la Commission d’enquête sur les drogues présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen et d’avoir jeté ce document à la poubelle dans un entretien vidéo diffusé par ION News, il s’est tourné vers la Cour suprême pour tenter de bloquer cette procédure.

Le député du Mouvement socialiste militant (MSM) a fait une demande d’injonction ce lundi devant une juge en Chambre, laquelle a été rejetée. Le Mauritius Bar Council, la Mauritius Bar Association et l’avocat devront se présenter devant la juge Shamima Hamuth-Laulloo le vendredi 5 octobre prochain. L’ex-président adjoint de l’Assemblée nationale a aussi profité de son passage en Cour suprême pour une demande de «Judicial Review».

Dans une lettre adressée au président du Conseil de l’ordre des avocats lundi dernier, qui attend ses explications, Sanjeev Teeluckdharry avait fait valoir qu’étant donné qu’il a logé une action en Cour suprême contre Paul Lam Shang Leen, l’affaire est «sub judice».