L’Iran ne produit que de l’uranium enrichi à 5 % depuis hier 20 janvier, selon la United Nations International Atomic Energy Agency. En effet, après avoir accepté un accord avec les six grandes nations du nucléaire, le pays s’est engagé à diluer sa réserve d’uranium (U 235). Cet accord de six mois a été mis en place pour ralentir la production de l’Iran, controversée sur le plan international.

« Conformément à la mise en place du plan d’action de Genève, l’Iran suspend sa production d’uranium enrichi à 20 % en présence des responsables des Nations unies à Natanz et à Fordo », a déclaré Mohammad Amiri, directeur général de la Iran’s Atomic Energy Organisation. Le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammed Javaz Zarif, a annoncé samedi dernier que les négociations seront lancées avec les grandes puissances occidentales pour arriver à un accord permanent, rapporte Times.com.

L’uranium enrichi à 20 % est proche de celui utilisé pour propulser les missiles nucléaires. L’Iran s’engage donc à diluer 50 % de ses réserves et à transformer l’autre moitié en oxyde d’uranium.

Dans la foulée, les Etats-Unis ont annoncé une levée partielle de ses sanctions envers l’Iran. Ce pays ayant respecté sa partie de l’accord, le Département du Trésor US a déclaré, hier, que « l’administration a pris les mesures nécessaires pour stopper les manœuvres en vue de réduire encore les exportations de pétrole iranien » (Reuters via Firstpost.com).

En outre, le même site relaie que les Etats-Unis suspendent les sanctions à l’encontre des non-Américains qui participent aux transactions liées aux produits pétrochimiques iraniens de même qu’au commerce de l’or, de métaux précieux, et de produits et services lies au secteur automobile.

Téhéran a accepté, le 24 novembre dernier, de limiter son programme nucléaire. En contrepartie, l’accord – conclu à Genève avec les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne –, prévoit un allègement des sanctions économiques.

 

Photo via Firstpost.com : Une centrale nucléaire en Iran.