Le jockey Anand Bundhoo écope de six mois de suspension. La question que la police des jeux doit commencer à se poser est : qui leur demande de tricher ?

Les semaines se suivent et se ressemblent au Champ-de-Mars. Malgré les lourdes sanctions, rien ne change, ça empire. Nous voilà encore une fois avec une lourde sanction de six mois pour Anand Bundhoo. Une suspension méritée après sa monte suicidaire sur Man of his words qui ne courait pas sa course mais courait surtout pour empêcher un autre coursier de gagner. C’est ce qu’on appelle maintenant « un travail d’équipe » dans le giron.

Il est grand temps pour la police des jeux de questionner les jockeys, il faut leur demander qui leur demande d’agir ainsi. Cela coule de source que ce n’est pas leur idée car ils n’ont rien à y gagner. La pression vient de plus haut.

Peut-être qu’après quelques arrestations bien méritées, un vent un peu plus sain soufflera sur l’hippodrome.