«En aucun cas et d’aucune manière, on a le droit de brutaliser un suspect. Il n’y a pas exception à la règle», assure Ludovic Hennebel, professeur à la faculté de droit d’Aix-en-Provence. Il prenait la parole lors d’un atelier de travail sur les droits humains.

Le juriste a aussi souligné qu’en général les institutions locales tiennent leurs engagements en matière de droits humains, notamment en soumettant régulièrement des rapports aux différentes organisations des Nations Unies. Toutefois, il estime qu’il existe encore des défis en matière de discrimination et de violence envers les femmes.

Dheerujlall Seetulsingh, le président de la National Human Right Commission et Asha Burrenchobay, Acting Senior Chief Executive au ministère de la Justice étaient également présent lors de l’atelier de travail.