La journée mondiale du braille a été marquée par le lancement d’une version de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en braille par le centre Lois Lagesse. Toutefois, pour Manish Gobin, il est aussi très important que les personnes souffrant d’un handicap visuel puissent consulter la Constitution du pays.

Disant être au courant des contraintes logistiques et financières pour faire aboutir un tel projet, le ministre des Droits humains a pris l’engagement de les mettre à disposition de ce centre dédié aux personnes malvoyantes et non-voyantes. Gobin dit espérer que la version en braille de la Constitution pourrait voir le jour dans le premier trimestre de 2018, avant les célébrations des 50 ans d’indépendance du pays.

Triveti Mathoora, titulaire d’une maîtrise en histoire et mal voyante, déplore, elle, le manque d’ouvrage non académiques en braille dans le pays. Selon la jeune femme, c’est surtout le braille qui permet aux non-voyants et aux malvoyants d’atteindre un niveau adéquat d’alphabétisation.