Totalement ou partiellement. L’Inde a accepté de financer un hôpital ENT, le nouveau complexe de la Cour suprême, les tablettes des élèves de Grades 1 et 2, des logements sociaux. Ce qui indique, selon Pravind Jugnauth, la relation « super special » qu’entretiennent les deux pays.

Le ministre des Finances explique toutefois que si l’Inde participe déjà au développement, la demande de Maurice pour une aide additionnelle de Rs 7,3 milliards qui ira notamment à l’amélioration des infrastructures portuaires est à l’étude. Toutefois, précise Pravind Jugnauth, la venue de Dubai Ports World n’est pas définitivement compromise. Le dossier étant toujours à l’étude par le comité présidé par Xavier Duval.

Le projet Heritage City, lui, est toutefois bien mort et enterré, confirme Pravind Jugnauth. Qui précise, dans la foulée, que l’Inde a accepté que l’aide initialement prévue pour Heritage City soit transférée vers d’autres projets. Si la Grande péninsule est déjà un bailleur de fonds important pour le projet Metro Express, le ministre des Finances prévient toutefois que la totalité du financement du projet n’a pas encore été identifié. Si la ligne de crédit offerte par l’Inde est une des solutions de financement, Pravind Jugnauth dit ne pas exclure la possibilité que le projet soit également soutenu par des banques ou un consortium d’investisseurs privés. D’ailleurs, si le consultant Singapore Cooperation Enterprise aide l’Etat à concevoir le projet, une délégation indienne sera dans l’île en fin de mois pour conseiller le gouvernement sur sa mise en oeuvre.