«Des mesures ont été adoptées il y a quelques années avec l’éclatement de l’affaire Spherinity et Dimensions International Education Group afin d’éviter que des étudiants venant de l’Inde et du Népal ne soient menés en bateau.» C’est en ces termes qu’un haut responsable du ministère mauricien de l’Education réagit face à la récente décision des autorités népalaises d’interdire à ses ressortissants de venir entreprendre des études dans l’île.

«La Mauritius Qualifications Authority et le Passport and Immigration Office ont revu les règlements en ce qu’il s’agit des cours de courte durée. L’objectif consiste à éviter que certaines personnes ne fassent venir des jeunes à Maurice en leur promettant qu’ils y trouveront de l’emploi», précise cette source. Elle ajoute que le gouvernement «s’attèle à rehausser le niveau des cours offerts par différentes institutions afin que Maurice soit un Education Hub» et que le Népal ne figure pas parmi les pays visés pour ce projet.

Quant à la Tertiary Education Commission (TEC), elle se refuse à tout commentaire sur ce cas. Un porte-parole avance que l’institution a pris connaissance de la décision du Népal à travers les médias. Une autre source au sein de l’organisme explique cependant que les problèmes auxquels des étudiants népalais ont été confrontés remontent à quelques années. Rajah Madhewoo, qui a pris position en faveur des étudiants népalais en 2013, abonde dans le même sens.

Dans une lettre adressée à Katmandou le 22 juillet dernier (voir plus bas), l’ambassadeur du Népal en Afrique du Sud Amrit Bahadur Rai indique que les sites web de certaines institutions mauriciennes proposant des cours aux ressortissants népalais prêtent à confusion. Il ajoute que ces institutions ne sont pas «reliable», que les détails sur les cours proposés ne sont pas affichés et qu’un «No Objection Certificate» (NOC) ne doit pas être accordé à ceux désirant s’y enregistrer.

Le Kathmandu Post a révélé lundi que le ministère népalais de l’Education a refusé démettre le NOC à un total de 12 étudiants souhaitant se rendre à Maurice sur avis du ministère népalais des Affaires étrangères. Lequel a sollicité les conseils de l’ambassadeur Bahadur Rai. Le quotidien indique que cette décision intervient après que le gouvernement népalais a dû rapatrier 70 de ses citoyens durant ces cinq dernières années. «Upon evaluation of the prevailing situation in Mauritius, MoFA has concluded in its report that it is unsafe to send Nepali students there», indique le porte-parole du ministère népalais de l’Education au Kathmandu Post.

Un ancien Centre Manager d’un établissement spécialisé dans des cours en «Business & Hospitality», à Ebène, évoque aussi des cas où des étudiants ont été floués par des agents. Les Népalais n’arrivaient pas à joindre les deux bouts avec leurs emplois à temps partiel. Notre interlocuteur explique que sur un groupe de 15 étudiants népalais, 14 avaient jeté l’éponge avant même la fin du premier trimestre, faute de moyens financiers.

Photo : Bijaya Chaurasia/Wikimedia Commons