Alors monsieur Richard, votre amour pour le cheval date de quand ?

Vous savez, mon amour pour le cheval et pour les courses hippiques ne date pas d’hier. En effet, depuis l’âge de 8-9 ans, j’accompagnais chaque samedi mon grand-père aux Champ-de-Mars. Depuis, je suis devenu comme lui un féru de la chose hippique.

Lors d’une saison, vous assistez à combien de journées de courses ?

Je vais pratiquement à toutes les journées et il m’arrive occasionnellement d’en manquer  une ou deux quand les circonstances l’exigent. Mais avec la télé et la radio, j’ai toujours le moyen de suivre
les courses en direct.

Comment voyez-vous l’ambiance qui y règne ?

Je ne vous surprendrai pas en vous disant que l’ambiance qui règne au Champ-de-Mars n’est pas aussi conviviale que celle qui régnait à l’époque où la majorité des gens se rendaient aux courses pour se divertir et passer un agréable moment. Aujourd’hui, chez beaucoup de personnes, la passion du jeu a pris le dessus sur  l’amour des chevaux et des courses hippiques.

En toute honnêteté, trouvez-vous que les courses s’améliorent d’année en année ou empirent-elles ?

Même si tout n’est pas parfait, je pense qu’il faut reconnaître qu’il y a eu beaucoup d’améliorations au fil des années.

Pensez-vous qu’il faille bouger du Champ-de-Mars ?

Oui, je crois qu’il faudra, tôt ou tard, bouger du Champ-de-Mars. Mais il faudrait pour cela que toutes les conditions soient réunies pour ne pas mettre en péril les finances du Mauritius Turf Club (MTC). Pour s’assurer que la nouvelle infrastructure améliorera sensiblement le confort de même que le bien-être des chevaux et des turfistes, et qu’elle sera facilement accessible pour attirer le public en grand nombre et maintenir cette ambiance électrique qui règne surtout lors de courses classiques.

Votre meilleur souvenir ?

J’ai quelques bons souvenirs mais le meilleur restera ma première victoire au Champ-de-Mars en tant
que copropriétaire du cheval Ashanti Gold.

Votre pire souvenir ?

Mes mauvais souvenirs sont surtout ceux où j’ai assisté à la fin tragique de certains chevaux sur le champ de course.

Si vous étiez un cheval, lequel seriez-vous ?

Ashanti Gold. C’est un  cheval très courageux qui donne toujours le meilleur de lui-même et qui me
procure beaucoup de plaisir  à chacune de ses courses, plus particulièrement lors de ses quatre victoires au Champ-de-Mars.

Est-ce que vous misez ?

Oui, de façon très raisonnable car je vais aux courses surtout pour me divertir. Et passer de bons avec mes amis turfistes, plus particulièrement Reynolds Chung et Ishtiaq Hajee Adam avec qui je suis copropriétaire d’Ashanti Gold et Fort Stride. Je garde toujours en mémoire le slogan d’une des compagnies organisatrices de paris : « Mize pou amize ».

Quel conseil donnerait-vous au turfiste?

Allez aux courses pour vous détendre et vous divertir et ne vous laissez pas entraîner dans le piège du jeu à outrance.

Un mot de la fin ?

Que les responsables des courses fassent toujours le maximum pour que celles-ci se déroulent de façon exemplaire et dans le fair-play. Je pense qu’il faut aussi établir un code de bonne gouvernance pour les dirigeants et aspirants dirigeants du MTC pour éviter les dérapages malheureux dont nous sommes témoins depuis un certain temps.

Vivian Richard1