La solidarité parmi les employés existe, et les menaces de grève de la faim ne sont le fait que d’une « infime » minorité des employés de Courts. C’est ce qu’ont martelé les salariés de l’enseigne d’électroménager et de meubles lors d’un point de presse, ce lundi matin. Se présentant comme le courant majoritaire au sein de l’entreprise, ces employés de Courts offrent leur soutien à David Isaacs, le repreneur de l’enseigne.

Ils attendent d’avoir une réunion officielle avec lui pour établir le calendrier de travail après la reprise. Pour ces salariés de Courts, la présence d’Isaacs est rassurante, en raison de sa longue histoire comme fondateur de la chaîne de magasins à Maurice. Un représentant des fournisseurs de Courts, présent lors du point de presse, estime que ses collègues entrepreneurs en affaire avec Courts partagent le même sentiment.

Les porte-parole des employés de Courts croient savoir que Courts Asia, candidat à la reprise du groupe, avait proposé une offre inférieure à celle de David Isaacs. Aussi bien sur le plan social que financier. « Le match étant terminé », le staff de Courts demande donc à l’entreprise singapourienne de prendre acte de son échec et de laisser le processus de reprise se poursuivre.

David Isaacs aurait dû participer à la conférence de presse des employés de l’enseigne, mais arrivé en retard, il a laissé entendre à ses interlocuteurs encore présents que le processus de finalisation de l’achat est en cours et que la conservation de 80% des emplois chez Courts fera l’objet d’une discussion avec le ministre Roshi Bhadain.

Photo : Pamela Pitchia et Dinesh Ramchurn, employés de Courts, ont animé la conférence de presse de ce matin de meme qu’Amar Deerpalsing, président de la fédération des PME et représentant des fournisseurs de l’enseigne.