C’est un vent nationaliste qui a soufflé sur ces élections européennes. D’après les premiers chiffres, les partis de droite qui vont largement dominer ce scrutin avec 212 sièges contre 185 pour les socialistes. Les eurosceptiques vont récolter environ 140 places.

Tendance générale qui a été la plus flagrante en France, où le Front national (FN) a raflé 24,85 % des voix. Pour le Parti socialiste (PS), qui est au pouvoir, c’est la deuxième claque cinglante en quelques mois, qui vient encore une fois du parti de Marine Le Pen. Avec seulement 13,98 %, le parti de François Hollande a du souci à se faire. Et sur les 74 sièges alloués aux Français au Parlement européen, le FN en récolte 24, l’UMP (qui a fait un score de 20,80 %) 20 et le PS 13.

C’est pour parer à ce « séisme », pour reprendre le terme qu’a utilisé le président français, que plusieurs membres de l’état-major des socialistes ont été convoqués pour une assemblée spéciale ce matin. « Un moment grave, très grave pour la France et l’Europe », a concédé Manuel Valls, Premier ministre français.

Même si le leader de l’European People’s Party, Jean Claude Juncker, insiste sur le fait que la majorité a voté pour faire partie de l’Europe, au Royaume-Uni, ce sont les eurosceptiques de l’United Kingdom Independence Party qui dominent ce scrutin, remportant même leur premier siège parlementaire en Ecosse. Le Labour Party suit derrière avec un peu plus de 25% des voix tandis que le Conservative Party de David Cameron est à 3 points du leader.

En Allemagne et en Italie, les partis au pouvoir se sont retrouvés à la tête. Angela Merkel, la chancelière allemande, remporte une autre élection ayant reçu 35 % des suffrages, contre 27% pour son adversaire le plus proche. En Italie, c’est le parti du centre-gauche du Premier Ministre Matteo Renim qui a récolté 40 % des voix. Une écrasante majorité comparée aux 22 % de l’ancien comique Beppe Grillo et des 16 % de Forza Italia de Silvio Berlusconi.

Les résultats définitifs seront connus jeudi. Les élections européennes sont les plus grandes élections multinationales, affectant plus des 500 millions d’habitants.

Sources : Le Huffington Post, BBC, Le Figaro