Le niveau des réservoirs d’eau à Maurice est en baisse. A 50,9% ce mardi 26 décembre, le taux de remplissage est passé sous la barre des 50%. Pour atteindre 49,5% aujourd’hui, soit 3,1% par rapport à l’année dernière. Une situation qui a obligé la Central Water Authority (CWA) à revoir ses horaires de fourniture d’eau dans certaines régions depuis quelques jours déjà (voir les cartes en fin d’article).

En cause : une forte demande en durant la période des fêtes, ainsi qu’une faible pluviométrie ces derniers temps.

Les régions les plus affectées par les coupures d’eau, ou «hot spots», seront approvisionnées par camions-citernes jusque tard en soirée. Les équipes d’intervention seront renforcées durant les weekends et jours fériés.

Les régions les plus affectées par les coupures d’eau seront approvisionnées par camions-citernes jusque tard en soirée.

La CWA espère une amélioration suivant les averses prévues par la météo dans les jours à venir. Pourtant, fin novembre, le General Manager Yousouf Ismaël affirmait sur la MBC qu’il n’y aurait pas de coupure supplémentaire durant la période des fêtes. Le taux de remplissage des réservoirs était alors à 65,2%, soit à 0,5% de moins qu’à la même période en 2016.

L’approvisionnement en eau interpelle Ivan Collendavelloo. Le ministre des Utilités publique a animé une réunion à ce sujet, il y a deux jours à son bureau, avec de hauts cadres de la CWA. A l’ordre du jour : la situation à Grand-Gaube où les habitants se sont retrouvés sans eau ou avec un mince filet qui coule du robinet depuis la semaine dernière. Mais aussi le service 170, la hotline qui gère les complaintes des abonnés du fournisseur d’eau. Le Deputy Prime minister, apprend-on, a d’ailleurs appelé lui-même certains membres du public des régions du Nord et de Rose-Hill, notamment, pour connaître leur avis sur les services de la CWA.

Collendavelloo souhaite également voir une révision à la hausse des horaires de fourniture d’eau au niveau des «hot spots».

A Grand-Gaube, les équipes déployées pour inspecter le réseau ont détecté pas mal de fuites, dont une très importantes. Les travaux sont toujours en cours et les équipes dans le Nord ont été renforcées.

A Mon Choisy, une quinzaine de résidents d’un morcellement résidentiel se plaignent de leurs robinets à sec depuis… le 10 décembre. Un camion-citerne passe tous les trois jours, mais ne peut pas remplir tous les réservoirs d’eau, selon l’un des résidents.

Au niveau de la CWA, on confirme qu’une complainte a été reçue via la plateforme en ligne du Citizens Support Unit Portal, le 26 décembre, et que son traitement est en cours.