Le président de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation (MSDTF) n’est pas content. En cause : l’éviction de son association de l’organisation de la visite de Narendra Modi à Ganga Talao, jeudi dernier. Selon Somduth Dulthumun, cela équivaut à exclure Mgr Piat d’une cérémonie religieuse catholique lors d’une messe organisée pour un chef d’Etat étranger.

La pagaille, à en croire Dulthumun, trouve son origine dans le fait que ce soit une autre association socioculturelle, adversaire de son « équipe » au MSDTF qui a organisé la visite du Premier ministre indien à Grand-Bassin. Le manque d’expérience du groupe concurrent a ni plus ni moins donné des « sueurs froides » au service de sécurité de Narendra Modi, à en croire Dulthumun. La preuve : le chef du gouvernement indien n’a disposé que d’un minuscule espace pour mettre ses champal (sandales).

Devant la désorganisation et l’impair commis aussi bien envers Narendra Modi qu’à son égard, le président de la MSDTF dit ne pas avoir d’autre choix que d’alerter sir Anerood Jugnauth, Pravind Jugnauth et le Haut-commissaire de l’Inde à Maurice.