Trois ans qu’il attendait ce verdict, il peut aujourd’hui pousser un ouf de soulagement. La condamnation de Johnson Roussety à trois mois de prison a été renversée par la Cour suprême. L’ex-Chef commissaire était poursuivi pour trafic d’influence sous la section 9 de la Prevention of Corruption Act. Jean Claude Pierre Louis, alors Island Chief Executive de l’Assemblée régionale de Rodrigues, avait accusé Roussety d’avoir fait pression sur lui pour le recrutement de 243 General Workers en novembre 2009.

Les juges Asraf Caunhye et Benjamin Marie Joseph sont d’avis que les magistrats de la Cour intermédiaire « failed to grasp » le fil des événements concernant le recrutement de ces General Workers. Et que ces derniers n’ont pas considéré des « éléments troublants et l’attitude de Pierre Louis », dont les relations avec Roussety étaient pour le moins tendues, dans cette affaire. Les magistrats n’ont pas non plus considéré le « contexte constitutionnel et légal » dans lequel Roussety et Pierre Louis exerçaient leurs fonctions. De plus, l’analyse des preuves par les magistrats de la Cour intermédiaire, selon la Cour suprême, est « so seriously flawed » que leur conclusion de culpabilité « beyond reasonable doubt » est « très contestable ».

Lire le verdict dans son intégralité ici.

Photo tirée de la page Facebook de Johnson Roussety