«Un décès, c’est un décès de trop». En mission à Rodrigues, le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, n’a pas cessé de vanter les mérites d’un test de dépistage contre le cancer du col de l’utérus. Il intervenait à Port-Mathurin ce lundi lors d’un atelier de travail réservé au personnel médical dans le cadre du projet de dépistage du cancer de col de l’utérus dans le 10e district.

Ce projet est mené en quatre phases sur une période de douze mois. La première phase menée entre mars et avril 2018 a révélé que 1 172 femmes souffrent du cancer du col de l’utérus. Les trois autres phases se dérouleront entre août et septembre, novembre et décembre ainsi que mars et avril 2019 à Grande-Montagne, Baie-aux-Huîtres, Port-Sud-Est et La Ferme.

Le registre national du cancer, indique le ministre Husnoo, démontre que 537 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués chez les Rodriguais entre 2006 et 2015. Soit 224 cas chez les hommes, contre 313 chez les femmes. 336 décès ont été enregistrés avec davantage de victimes chez les hommes. Ils sont 210 à avoir succombé à la maladie, comparés à 166 chez les femmes, dont 1,7 % sont causés par le cancer du col de l’utérus.

Le projet de dépistage du cancer du col de l’utérus a été mis en œuvre par le ministère de la Santé pour détecter précocement le cancer du col de l’utérus chez les Rodriguaises, âgées entre 30 et 60 ans, mariées ou sexuellement actives.