Faire la différence entre liberté d’expression et droit à l’information. Encourager les pouvoirs publics à s’inspirer du « Draft Model Law on Access to Information » existant. Ce sont deux des objectifs d’une délégation de 5 juristes envoyés à Maurice par l’Union africaine depuis ce mardi à l’initiative de la MACOSS.

Anta Guisse et les autres membres de la délégation ont notamment rencontré Pravind Jugnauth, le Chef juge Keshoe Parsad Matadeen ainsi que l’Attorney General par intérim, Nando Bodha, durant leur séjour qui s’achève ce vendredi. La rencontre avec le conseil de direction du Media Trust, souhaitée par la délégation, n’a malheureusement pas pu avoir lieu car tous les membres de l’institution n’ont pas encore été nommés.

Pour la juriste Anta Guisse, une loi sur l’accès à l’information est primordiale pour non seulement les citoyens connectés à travers les réseaux d’information mais aussi pour le citoyen lambda. Elle explique ainsi que la délégation a effectué un plaidoyer systématique auprès des interlocuteurs pour que Maurice se joigne aux 15 Etats africains ayant déjà fait le choix de se doter d’une loi sur l’accès à l’information. Rappelant au passage que la mise en oeuvre d’une loi sur l’accès à l’information figure parmi les engagements pris par le gouvernement en place lors des dernières élections générales.

Photo : Anta Guisse, avocate et membre du Model Law Working Group. Elle fait partie de la délégation de l’Union africaine qui était en mission à Maurice.