Les promoteurs du projet de centrale à charbon à Pointe-aux-Caves montent au créneau. Et dénoncent les raisons avancées par le gouvernement pour stopper la centrale à charbon. Le projet CT Power, disent-ils, a été écarté « à tort et sans aucun fondement ».

CT Power exprime ainsi « son étonnement » devant le fait que le ministre des Utilités publiques a déclaré, le 3 mars dernier au Parlement, que « le promoteur (de CT Power) n’avait pas rempli les conditions ».

Dans le communiqué émis aujourd’hui, la compagnie précise que des discussions avaient été entamées à propos d’un Power Purchase Agreement avec le Central Electricity Board suite à une letter of intent du Board of Investment. Et d’insister sur le fait que depuis que le projet a été initié, elle s’est conformée aux « requêtes des autorités » au fil des années. CT Power dit ainsi ne pas comprendre pourquoi le gouvernement mauricien vient aujourd’hui « évoquer les ‘circonstances entourant l’allocation du contrat’ ».

Les promoteurs de CT Power avancent aussi que sur le volet financier, des documents ayant trait au financement du projet ont été remis au ministère des Finances. Ceux-ci comprennent « une lettre émanant d’institutions bancaires de réputation internationale » par rapport au « financement de la dette » à hauteur de 280 millions de dollars, ainsi qu’une letter of comfort relative aux « investissements propres à hauteur de 41 millions de dollars d’une banque d’investissement qui tombe sous la responsabilité de la UK Financial Conduct Authority ». Ce dernier document a été déposé à l’Assemblée nationale.

« Les termes de ces lettres, insiste CT Power, ont été proposées par et rédigées avec l’apport des représentants du ministère des Finances notamment et entre autres celui du secrétaire financier et des représentants du State Law Office pour satisfaire la condition 15 du EIA. »