La commission d’enquête sur les agissements de l’ex-présidente de la République Ameenah Gurib-Fakim a auditionné ses deux premiers témoins ce lundi. Motichand Seebah, Officer-in-Charge de l’administration à la présidence, a remis un volumineux dossier de plusieurs tomes aux juges Asraf Caunhye, Nirmala Devat et Gaitree Jugessur-Manna.

Dans le dossier, le témoin explique le rôle du chef de l’Etat ainsi que celui du secrétaire de la présidence. Il détaille également la composition de la petite équipe qui travaillait avec Ameenah Gurib-Fakim au moment où elle était locataire de la State House. Les membres de l’équipe, précise Motichand Seebah, ont été transférés. L’Officer-in-Charge donne aussi l’identité des personnes qui géraient et postaient sur la page Facebook, le site Web ou la chaîne YouTube de la présidence.

Au chapitre des correspondances de l’ex-présidente. Le témoin verse au dossier les demandes d’accès au VIP Lounge du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport ainsi que les détails d’un compte sur lequel Rs 3,7 millions avaient été déposées pour financer des activités de la présidente liées au Planet Earth Institute. Le compte était géré par l’Accountant General, précise Motichand Seebah.

Après le cadre de la présidence, c’est au tour de Satydanand Aujeet, Deputy Permanent Secretary au Prime Minister’s Office (PMO) d’être entendu. Celui-ci remet également un volumineux dossier aux trois juges. Celui-ci contient notamment les correspondances entre Ameenah Gurib-Fakim et le PMO au sujet de la commission d’enquête que l’ex-présidente avait souhaité mettre sur pied. Ainsi que les correspondances entre sir Hamid Moollan et l’ex-présidente. De même qu’un brief des requêtes de la présidence pour l’utilisation du VIP Lounge de l’aéroport de Plaisance.

Après avoir requis 30 minutes pour consulter les documents, Asraf Caunhye a ajourné la séance pour ce jeudi 9 août. Entre-temps, un «summons» sera envoyé à l’ancienne présidente pour qu’elle comparaisse devant la commission d’enquête. Elle pourra être assistée de son avocat, précise le président de la commission.