Ce n’est qu’au courant de la journée de ce jeudi 9 août que l’ancienne présidente de la République regagne le pays. Son avocat Hervé Duval, également en déplacement à l’étranger, rentre lui, le jour suivant. Or, lors de sa première réunion, la commission d’enquête sur les agissements d’Ameenah Gurib Fakim a demandé à l’ancienne présidente de se présenter devant elle, ce 9 août à 13h30. Accompagnée, si elle le souhaite, de son avocat.

Dans l’entourage de l’ex-présidente, on nous précise qu’elle n’envisage pas de demander à la commission d’enquête de déposer à huis clos. Cette possibilité a fait l’objet de spéculations dans les médias étant donné la nature sensible de certains détails que les juges Asraf Caunhye, Nirmala Devat et Gaitree Jugessur-Manna pourraient lui demander.

Ce lundi 6 août, la commission d’enquête a auditionné ses deux premiers témoins. Motichand Seebah, officer in charge de l’administration à la présidence, et Satydanand Aujeet, deputy Permanent Secretary au bureau du Premier ministre, ont été entendus par la commission d’enquête.

Encore très sollicitée, notamment pour des conférences en Afrique, l’ex-présidente a assisté le 1er et le 2 août à l’African Philanthropy Forum en Afrique du Sud.

Après l’avoir forcé à démissionner en mars dernier, le Premier ministre a demandé la mise sur pied d’une commission d’enquête visant à faire la lumière sur les circonstances entourant la décision d’Ameenah Gurib-Fakim d’instituer une commission d’enquête. Il a également été demandé aux trois juges de la Cour suprême de préconiser des changements éventuels afin de simplifier la procédure de destitution du chef de l’Etat par le gouvernement.