C’est sur le front de mer de Port-Louis que la Commission de l’Océan Indien (COI) a lancé cette semaine son programme COI-ENERGIES. Pour l’occasion, elle s’est appuyée sur les artistes locaux, qui ont conçu un spectacle autour du thème des énergies renouvelables. Le show a d’ailleurs puisé son énergie de la centrale de Sotravic, qui génère de l’électricité à partir des déchets du centre d’enfouissement de Mare Chicose.

Lors du lancement du programme, Jean Claude de l’Estrac, secrétaire général de la COI, a estimé que l’organisation régionale s’est donnée pour mission de montrer la voie en matière de développement durable afin de construire une « modernité par l’alliance de l’homme et de son environnement ».

Cette vision, Ivan Collendavelloo y adhère également. Toutefois le ministre de l’énergie et des utilités publiques dit avoir constaté des réticences par rapport aux énergies vertes jusque chez les ingénieurs de son ministère et au Central Electricity Board. Même si le pari est ambitieux, Ivan Collendavelloo maintient néanmoins l’ambition de faire passer la part des énergies renouvelables à Maurice des 18% actuels à 35% en 2025.