Sur les 92 lignes que dessert la Compagnie nationale de transport (CNT), 53 ne sont pas profitables. Pourtant, ils sont 150 000 passagers à voyager avec la CNT quotidiennement. Le ministre de tutelle, Nando Bodha, a souligné que le revenu moyen par bus est de Rs 5 000 par jour. Or, pour être profitable, chaque véhicule doit rapporter Rs 7 500 au quotidien.

Ce qui explique ce déficit ? La structuration du coût du ticket d’autobus, explique le ministre du Transport.

«Il y a un besoin pressant de revoir certaines lignes», a déclaré Nando Bodha durant la séance parlementaire de ce mardi 20 juillet. Et de prendre l’exemple du trajet Rivière-des-Galets/Port-Louis qui est à Rs 37, tandis que celui de Rivière-des-Galets/Curepipe est Rs 34, ce qui sous-entend qu’aller de Curepipe à Port-Louis ne coûte que Rs 3.

La CNT est donc en train de mettre en place des mesures correctives, indique Bodha. La compagnie s’attend à ce qu’un tiers de ses trajets soient profitables, qu’un tiers soit des itinéraires « sociaux », et le reste rentable.

La compagnie de transport compte, entre autres :

– raccourcir certains itinéraires afin d’éliminer les kilomètres non productifs

– réduire les services hors heures de pointe

– introduire des smart lines sur le trajet Curepipe/Quatre-Bornes en passant par Floréal et St-Paul

– consolider les itinéraires profitables en respectant les horaires

– fournir des informations en temps réel aux passagers.

La National Transport Authority et de la police devront aussi sévir contre les opérateurs « marron » sur les itinéraires de la CNT.

A l’heure des questions supplémentaires, le Chief Whip a voulu savoir s’il y a possibilité d’opérer les bus sans receveurs. Suggestion que Nando Bodha compte prendre en considération.

Le député mauve Rajesh Bhagwan a interrogé le ministre sur le coût élevé des bus semi-low floor. Le minister a, lui, fait valoir que le moteur des bus semi-low floor se trouve sur la partie arrière du bus, alors que dans les anciens modèles, il se situe sous le siège du chauffeur.

200 chauffeurs de la CNT seront aussi formés pendant trois mois sur le fonctionnement des nouveaux véhicules.

Photo d’archives : La Chine a offert à Maurice 20 autobus de la marque Yutong qui ont été remis à la CNT en janvier.