Le ministre du commerce estime qu’il est encore tôt pour évaluer les effets du Brexit sur l’économie globale et locale. Toutefois, Ashit Gungah concède que Maurice en ressentira les effets. Se référant au passé, le ministre rappelle que quand la livre sterling a dégringolé auparavant, c’est la résilience de nos secteurs d’exportation qui a permis d’augmenter le volume du commerce vers la Grande Bretagne afin de compenser l’effet de l’appréciation de la roupie.

Par ailleurs, le ministre des Finances a animé, ce vendredi après-midi, une réunion avec les représentants du secteur privé et du gouvernement. Lors des discussions, il a été conclu que le Brexit aura des effets sur le plan mondial et sur quelques secteurs de l’économie locale. En 2015, Maurice a exporté 12,6% de sa production vers la Grande-Bretagne.

Le retrait effectif des anglais de l’Union européenne pouvant prendre 2 ans, le comité a estimé que Maurice pourra conserver son accès préférentiel au marché britannique pendant cette période. Désormais, le comité technique public-privé évaluera l’état du commerce entre Maurice et la Grande-Bretagne afin d’identifier les activités économiques locales les plus vulnérables suite au Brexit.