Le leader du MMM n’est pas convaincu par les explications de Roshi Bhadain et encore moins par celles de Vishnu Lutchmeenaraidoo. Pour Paul Bérenger, les assurances données par le gouvernement à l’effet que la National Insurance Company (NIC) et la National Commercial Bank (NCB) seront revalorisées par plusieurs milliards d’ici cinq ans seront une « promesse non tenue ».

Si, d’une part, Paul Bérenger se montre sceptique par rapport à une revalorisation importante de la NIC, il estime que la fusion de la NCB et la Mauritius Post and Cooperative Bank (MPCB) pour créer Maubank sera un mariage malheureux, dans la mesure où la MPCB traîne déjà derrière elle plus d’un milliard de roupies de créances douteuses et de « toxic loans ». Au leader de l’opposition d’affirmer que si revalorisation il y a, elle ne sera possible que si le gouvernement consent à injecter d’importantes sommes d’argent dans ces institutions ou alors en faisant en sorte de leur faire bénéficier de marchés protégés et garantis.

Paul Bérenger en conclut que le gouvernement pourra difficilement trouver les Rs 16 milliards nécessaires pour financer la gestion de l’affaire BAI sur une période de cinq ans. Pour le chef du MMM, ce sont donc les Mauriciens qui devront, à terme, payer « des milliards ».

Par ailleurs, Ajay Gunness, secrétaire général du MMM, a détaillé les activités du parti dans le cadre de la célébration de ses 46 ans, le 27 septembre.