Follow Us On

Slider

Artiste multidisciplinaire, Nirveda Alleck poursuit son exploration de l’identité et de l’appartenance. Sa dernière exposition, «Car, vois-tu, tu as droit d’être obscur», est visible à la Cité internationale des arts, à Paris, du 6 au 28 septembre. Elle y est en résidence depuis six mois. Ses œuvres, multiformes, adoptent divers médias : peinture, photographie, vidéo, installation, performance.

«C’est une bonne expérience que de travailler comme artiste à temps complet à la Cité Internationale des Arts qui accueille 350 artistes du monde entier. Il y a eu des échanges d’idées et d’expériences avec d’autres artistes, ce qui me permet de renforcer ma façon de travailler», explique la Mauricienne.

Pour ce projet précis, Nirveda Alleck a collaboré avec Ninon Duhamel, chargée de production de projets artistiques, dont le travail de recherche se concentre sur le langage et la parole dans les pratiques artistiques contemporaines. Le titre de l’exposition est d’ailleurs tiré d’un texte de celle qui en est également la commissaire.

Les œuvres de Nirveda Alleck à Paris s’inscrivent dans le projet «Continuum», qu’elle déploie depuis 2006 en s’appuyant sur la culture créole. Si le modus operandi est à chaque fois le même : photographier les gens lors de ses voyages, les coucher sur fond neutre dans ses peintures… le résultat est différent selon les sujets, les couleurs, l’attitude, les visages… Le travail livré dans «Car, vois-tu, tu as droit d’être obscur», en témoigne.

Dans le cadre de sa résidence, l’artiste mauricienne avait aussi présenté une performance lors de la soirée «One night stand», à la Cité internationale des arts, en mai dernier.

Nirveda Alleck participera également à la 12édition des Rencontres de Bamako qui se tient du 30 novembre 2019 au 31 janvier 2020, au Mali. Aussi connu comme la Biennale de la photographie, l’événement présentera les travaux de 85 autres artistes (dont des vidéastes) africains et de la diaspora éparpillés aux quatre coins du monde. Le thème choisi est «Courants de conscience».

 

Facebook Comments