Pour Zanzak Arjoon, il y a une fragilisation des partis politiques. Ce qui permet aux artistes d’influencer « le comportement des votants. » Compte tenu de la conjoncture, les artistes comptent « travailler dans ce sens » si le budget de Pravind Jugnauth ne contient pas des mesures satisfaisantes.

A l’approche du budget, les artistes sont unanimes: il est temps de revoir à la hausse le tarif de Rs 0.68 par diffusion de leurs morceaux. Ils réclament donc un tarif de Rs 3.80 par diffusion. Outre la régularisation de leurs tarifs, l’Association des Auteurs Compositeurs Mauriciens (AACM) présidée par Zanzak Arjoon demande la mise en place d’une structure pour les droits voisins.

L’association déplore, par ailleurs, que certains musiciens de rue soient victimes de violences et inquiétés sous des charges de « rogue and vagabond ».  L’AACM demande donc à ce qu’un espace leur soit dédié comme c’est le cas pour les marchands ambulants.