Les termes de l’accord liant Air Mauritius et l’aéroport Changi de Singapour ne peuvent être divulgués. Ces informations, a déclaré le Premier ministre, sont « sensibles sur le plan commercial » et « de nature confidentielle ».

A Reza Uteem qui l’interrogeait, sir Anerood Jugnauth a confirmé que les discussions ont aussi porté sur le transit des passagers de Singapore Airlines en route vers l’Afrique par Maurice.

Saluant « l’initiative louable » du gouvernement d’ouvrir ce corridor aérien Afrique-Asie, le député mauve remarque toutefois qu’Air Mauritius devra augmenter sa flotte. Le gouvernement s’est engagé auprès de la compagnie nationale d’aviation en ce sens ? a demandé Reza Uteem. « Il faudra patienter », lui a répondu le Premier ministre. Avant de préciser : « Nous sommes prêts à louer d’autres avions si et quand cela sera nécessaire. »

Maurice a déjà signé des Memoranda of Understanding/Bilateral Air Services Agreements avec 18 pays d’Afrique et 6 d’Asie (Chine, Hong-Kong, Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Vietnam). Et se prépare à signer un MoU avec le Japon portant sur le codesharing avec ses opérateurs partenaires.

Rajesh Bhagwan s’est, lui, enquis du nombre de prêts contractés par Air Mauritius et garantis par le gouvernement. La période concernée n’ayant pas été précisée, le ministre des Finances a fait ressortir qu’il n’était pas possible de répondre à cette question parlementaire. Il a cependant précisé qu’entre 2001 et 2010, le gouvernement s’est porté garant pour 17 prêts pour un montant total de Rs 12,7 milliards. A ce jour, tous les prêts ont été remboursés par Air Mauritius Ltd.