Au lendemain de son arrestation, Navin Ramgoolam a été présenté devant la Bail and Remand Court. Deux charges pèsent sur lui : blanchiment d’argent et complot dans l’affaire Roches-Noires. La police avait présenté plusieurs objections, samedi dernier, à la remise en liberté de Navin Ramgoolam. Avançant devant la magistrate Sherifa N. Ganoo, dans le cas de l’affaire Roches-Noires, que :

  1. l’ex-Premier ministre risquait de prendre la fuite – Navin Ramgoolam est détenteur d’un passeport mauricien et britannique. De plus, il dispose de « moyens conséquents » et peut donc demeurer à l’étranger « sur une longue durée ».
  2. Navin Ramgoolam risquait de suborner des témoins ou de manipuler des preuves ;
  3. c’était aussi pour assurer la sécurité de l’ex-PM.

Dans son ruling, la magistrate a statué que la police n’a pu étayer les points présentés. Navin Ramgoolam, écrit-elle, a amplement eu le temps de s’échapper si c’est ce qu’il comptait faire. De plus, les preuves sont entre les mains de la police. Et l’ex-PM bénéficie d’une protection 24h sur 24.

L’intégralité du jugement pour la remise en liberté concernant l’affaire Roches-Noires est disponible ici.