Il faisait face à quatre accusations dans le cadre de la réouverture de l’enquête sur l’affaire Gorah Issac. Dont une pour « conspiracy to commit ». En Cour de district de Port-Louis aujourd’hui, les quatre charges provisoires retenues contre Shakeel Mohamed ont été rayées.

Le député travailliste avait été arrêté le 23 novembre, victime, selon lui, d’une « vendetta politique ». Il avait été relâché contre deux cautions de Rs 100 000 et Rs 20 000 ainsi que deux reconnaissances de dettes de Rs 1 million et Rs 100 000.