Cette histoire secoue l’Angleterre et l’Espagne depuis près d’une semaine. Le couple King, détenu à Madrid pour avoir enlevé leur fils de 5 ans atteint d’un cancer, a recouvré la liberté hier soir au bout de trois jours en cellule. Le Crown Prosecution Service à Londres a levé le mandat d’arrêt européen émis à l’encontre des deux parents.

Brett et Naghmeh King sont actuellement en route pour Malaga pour y voir Ashya, après s’être brièvement adressés à la presse.

Jusqu’à jeudi dernier, Ashya était admis dans un hôpital de Southampton pour traiter une tumeur au cerveau. L’enfant, qui est nourri par le biais d’une sonde d’alimentation, nécessite des soins constants. Le 28 août, ses parents, des témoins de Jéhovah et qui ont six autres enfants, le retirent de l’hôpital contre avis médical. La police est informée et lance un mandat d’arrêt européen pour « négligence ». Démarre alors une « chasse » aux King, le personnel médical et la police britannique estimant que l’enfant est en danger.

ashya king2

Photo : Ashya King. Portrait diffusé par la police.

Samedi, Brett et Naghmeh King sont interpelés en Andalousie, plus précisément à Velez-Malaga. Ashya leur est retiré et se voit placé dans un hôpital à Malaga. Les King, eux, sont maintenus en cellule policière. Ils expliquent alors qu’ils n’ont pas enlevé leur propre fils mais qu’ils espéraient pour pouvoir lui offrir un meilleur traitement, la protonthérapie. Comment ? En vendant la villa qu’ils possèdent en Espagne, a expliqué leur avocat, le traitement étant disponible à Prague (République tchèque), pas en Grande-Bretagne.

L’opinion publique, qui avait d’abord perçus les King comme des kidnappeurs, finit par se demander si la police n’a pas été trop dure dans sa réaction. Les élans de sympathie s’accumulent – dont une pétition demandant leur libération.

Le porte-parole du Premier ministre britannique David Cameron est intervenu, hier soir, pour condamner cette situation tandis que le Health Secretary Jeremy Hunt a annoncé qu’il déléguerait une pointure dans le traitement du cancer auprès de la famille, en Espagne, pour les conseiller. David Cameron a aussi réagi sur Twitter :

ashya king - tweet de david cameron

Un médecin du Proton Therapy Centre Czech a indiqué qu’après avoir revu le dossier médical d’Ashya, la protonthérapie « est un traitement adéquat » pour le jeune garcon. Celui-ci devra d’abord, explique un porte-parole du centre, rentrer en Angleterre pour deux cycles de chimiothérapie.

Sources : The Guardian, Le Monde, The Telegraph, BBC

Photo (Julian Simmonds/The Telegraph) : Naghmeh (à g.) et Brett King, à leur liberation de la prison de Sotto del Real, au nord de Madrid, hier soir.