Le monde célèbre aujourd’hui les femmes et la lutte pour l’avancée de leurs droits. C’est aussi l’occasion de faire un bilan. Celui que fait Rezistans ek Alternativ (ReA) : la Journée mondiale des femmes a été pervertie par les partis politiques traditionnels.

Le 8-Mars, avance le parti au papillon, est synonyme de « course [au] clientélisme politique ». Alors que dans le même temps, il n’y a « aucune réflexion et revendication sérieuses (…) sur l’avancement des droits et conditions de la femme ».

Or, affirme ReA, « la reconnaissance du droit de la femme est essentielle dans la crise écologique majeure de notre temps, la femme, la nature et la reproduction étant indissociable ».

Le parti formule 6 revendications en ce 8 mars, qu’il lie aux célébrations de notre accession à l’indépendance.

ReA souhaite ainsi voir une « reconnaissance historique » de la rébellion menée par Anna de Bengale contre les Hollandais en 1695.

Le parti au papillon réclame aussi un amendement constitutionnel pour « reconnaître le droit à la femme de disposer librement de son corps ». Arguant que « toute loi ou décision institutionnelle disant le contraire, à l’hôpital à titre d’exemple, se doit d’être abolie ».

L’âge légal pour se marier devrait, en outre, être ramené à 18 ans au lieu de 16. Et Maurice ratifier le Protocole sur l’égalité des sexes et le développement [voir l’article 8], qui fixe l’âge minimum du mariage à 18 ans.

Il faudrait aussi que la Constitution soit amendée pour y inscrire la parité hommes-femmes « au sein de l’Etat et des institutions publiques ».

Sur le plan politique, ReA souhaite l’introduction d’une dose de proportionnelle quant à la représentativité des femmes. Mais aussi que la liste des candidats présentés par les partis soit féminine à 50%.

Un salaire minimum est également requis si on veut éliminer les « discriminations structurelles » au travail. Dany Marie et Aichah Soogree, qui signent le communiqué, relèvent ainsi que les « secteurs employant plus de femmes sont ceux qui rémunèrent le moins bien ».

Lire le communiqué dans son intégralité ici.

Photo d’archives