Le groupe fait son Come-Back, après dix ans, avec un album de dix titres. Zotsa composé de Mario Justin, Nancy Derougère, Chrisjo Clair, Elvis Heroseau, Jean Michel Ayoung, entre autres, est de nouveau réuni. Ségas d’ambiance, ballades, medleys à la sauce Zotsa sont d’actualité depuis le 16 juin dernier.

Créé en 1996, cette formation a aidé à façonner le séga moderne avec de nombreux succès. “Zegui Massin”, “Kan Tanbour Bate”, “Movezer,” “Selibater”, sont autant de titres qui portent la signature du groupe. Toujours appréciées du public, ses chansons sont intemporelles, des « evergreens », comme le dit Mario Justin. « Ces dernières années, ce sont surtout des succès temporaires qui ont dominé le paysage musical. »

À travers ce Revival, le collectif, qui a marqué son temps, est bien décidé à faire bouger les choses. Mario Justin, leader emblématique de Zotsa, annonce déjà la couleur : « De tous les albums que j’ai faits, c’est le meilleur en termes de sonorités, de mélodies, de textes et d’interprétations. » Un avis que partage Nancy Derougère, qui trépigne d’impatience de présenter son dernier projet aux Mauriciens d’ici et d’ailleurs. « Nous avons investi énormément en temps et énergie dans cet album qui a pris quatre ans pour se concrétiser. Nous nous devions de proposer un bon produit à nos fans. À mon niveau, je suis amplement satisfaite et fière de notre travail. »

Dès la première écoute, on retient certains refrains qui accrochent. “Mo Apel George”, la première chanson, donne déjà le ton sur l’ensemble de l’album dominé par du « gro sega ». Zotsa reste ainsi fidèle à sa couleur musicale. “To Kontan Koze”, “Ti Fourmi”, “Watiwala Ala sega” entre autres titres suivent également la tendance. La chanson “Londan”, intitulée “Agalega” à la base, avait été choisie comme titre éponyme dans un premier temps. « La chanson explore le quotidien de ce peuple et sa façon de vivre. C’est une thématique présente dans l’actualité», souligne la Diva Séga. En effet, à travers ses textes, souvent allégoriques, l’album décrit les travers de la société notamment avec “Devy More”. « Ce Revival vient aussi s’enrichir de seggae muffin, de ballades romantiques et un medley à la manière Zotsa », ajoute Mario Justin.

« Zotsa est une famille. Nous ne faisons pas que jouer de la musique », explique Nancy Derougère. « Le groupe a été mis sur pied dans un but précis : lancer un nouveau rythme, symbiose de séga et de zouga, le zouga rap, dans notre petit monde musical, déjà riche en matière de fusion », disait alors Mario Justin à la sortie de son premier album. À l’époque, ce dernier avait déjà de grandes ambitions pour pousser son groupe à “aller le plus loin possible”. Un quart de siècle plus tard, il a tenu toutes ses promesses, car Zotsa est une référence dans la musique locale, ses tubes ayant connu un succès qui dépasse les frontières de l’océan Indien. “Retrouver l’ambiance dans le studio de Richard Hein, revivre cette osmose entre les musiciens, renouer avec les sonorités d’antan : une expérience que je n’aurais jamais cru revivre un jour, “ avoue Mario Justin.

Facebook Comments