Le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, dans son intervention à l’Assemblée nationale, le mardi 4 mai, a fortement critiqué le fait d’avoir eu deux séances parlementaires consécutives sans PNQ et PQ. Selon lui, c’est la première fois qu’un tel scénario se produit à l’Assemblée, dans le cadre d’un vote pour un budget additionnel. Il a qualifié la séance comme un « rubber stamp ».

Dans ce même contexte, il a déploré la manière de faire dans le démantèlement de l’ex-BAI. Selon le leader du PMSD, c’était possible de procéder différemment, surtout quand les « related party transactions étaient sorties de 88 % à 56 % » alors qu’il était ministre des Finances. En ce qu’il s’agit de la National Property Fund Ltd (NPFL) il a déploré que les revenus s’élèvent à seulement Rs 30 M pour des actifs qui sont évalués à Rs 11 milliards. Par conséquent, Xavier Luc Duval est d’avis que la NPFL n’a pas soumis de comptes audités. Il a rappelé que les PME dont les revenus sont moins de Rs 50 M peuvent soumettre un ‘financial summary’. Le leader de l’opposition a aussi demandé que le rapport de restructuration de la NIC soit rendu public par le ministre Seeruttun.

Facebook Comments