La rentrée des classes a entraîné son lot de polémiques. Certains parents étaient contre. Puis se sont accumulés les cas de Covid. Ensuite, la vaccination des élèves et étudiants de plus de 18 ans n’a pas été vue d’un bon œil par tous. Et maintenant, c’est la publication des résultats des examens du SC et du HSC qui pose problème. Sur le site web de Cambridge, il a été confirmé que les résultats de AS et A-level seront proclamés le 10 août au lieu du 12 août comme annoncé précédemment. Cela, afin que la proclamation des résultats s’aligne sur la date de publication des résultats au Royaume-Uni. Pour les résultats du IGCSE et O-level, la date reste inchangée et les résultats seront donc publiés le 12 août. Dans ce communiqué, Cambridge précise que les établissements pourront remettre ces résultats aux candidats immédiatement après la publication. Cependant, le Mauritius Examinations Syndicate (MES) a fait circuler un communiqué, ce jeudi, pour informer les établissements que la publication des résultats des examens du HSC se fera le 17 septembre. Pour le SC, comme a indiqué Cambridge, les résultats seront publiés le jeudi 12 août.

Vikash Ramdonee, secrétaire de l’United Deputy Rectors & Rectors Union, a apporté des éclaircissements concernant la publication des résultats. Selon ce dernier, la date communiquée par Cambridge pour la proclamation des résultats du HSC, c’est-à-dire le 12 août, est vraie. Cependant, il précise que cette date s’applique aux pays dont les élèves prennent part normalement aux papiers de Cambridge à cette période. « Ena environ 150 pey qui kompoz  sa papye ek Maurice finn ajuste a la dernier minit lor sa la lis de bann pey ki kompoz en avril, mai ek juin », dit-il. Ce dernier ajoute aussi que ce n’est qu’aux alentours de janvier ou février que le ministère de l’Education a reçu la confirmation que les examens auront effectivement lieu ces trois mois. « Maurice pa ti supoze dan sa ‘cohort’ la. Cambridge a fait une faveur à Maurice alors qu’elle aurait pu ne pas la lui accorder », poursuit-il.

Vikash Ramdonee a rappelé qu’en avril, plusieurs élèves ont malheureusement dû prendre part à 16 examens en seulement 9 jours. Un sujet qui avait encore une fois créé des polémiques. Toutefois, il déclare qu’il faudrait avant tout se poser la question du pourquoi. « Cambridge ena enn sertin paramet. Si li ena enn milyon de script pou korize ek li ena 1 000 korekter. Sa 1 000 korekter li pou existing cohort ek kan Maurice vinn ajuste a sa li pa pou kapav fer sa bann korekter koriz pou Maurice dan mem dele », explique-t-il. De plus, il ajoute que Maurice n’est pas l’unique pays qui a dû s’ajuster à ces pays qui ont les examens en avril. Il y en a eu d’autres, selon lui.

De ce fait, la date publiée sur le site de Cambridge concerne les pays qui normalement prennent part aux examens en avril. Ainsi, pour les pays qui se sont ajustés à ce groupe, la correction des papiers sera retardée. C’est pour cela que la date communiquée par Cambridge diffère de celle communiquée par le MES. Ce serait la première raison du délai, affirme Vikash Ramdonee. Il explique, par ailleurs, que le ministère de l’Education et le MES ont négocié avec Cambridge pour que les résultats arrivent plus tôt. « Ils ont compris que ceux qui veulent faire des études à l’étranger vont perdre un an parce que les universités acceptent les résultats jusqu’au 30 août », dit-il. Cambridge n’était pas contre l’idée d’avancer la proclamation des résultats pour Maurice mais les papiers d’examens ne passeront pas par les mêmes procédures et validations. « Est-ce que vous serez d’accord que le gouvernement mauricien et le MES prennent cette responsabilité-là ? », demande Vikash Ramdonee. Il ajoute aussi que des démarches sont en cours avec Cambridge pour publier une ‘Common Letter’ avec le MES pour informer les élèves du délai. « Nous devons trouver un moyen pour aider ces élèves. Nous pouvons faire une requête à l’Universities and Colleges Admissions Service (UCAS) pour accepter ces élèves jusqu’au 17 septembre », précise Vikash Ramdonee.

Alors que Vikash Ramdonee avait déjà donné une interview en exclusivité à ION News, il est également intervenu dans l’émission L’heure du débat, jeudi soir. Il a tenu face à Dharam Gokhool, ancien ministre de l’Education, qui a déclaré que ce délai pourrait donner la perception que les résultats seraient truqués. Suite à cela, les échanges sont devenus houleux entre les deux. « Attention qu’il y ait des manipulations des résultats, c’est très grave qu’un ancien ministre dise une telle chose. Nu bann dimoun dan ledukasion nou ena enn lot motivation kont bann dimoun ki ti dan ledukasion ek ki zordi ena en lot motivation », a martelé Vikash Ramdonee. Et d’ajouter qu’il ne faut pas créer des problèmes là où il n’y en a pas.  Pour sa part, l’ancien ministre de l’Education a qualifié certains propos de Vikash Ramdonee comme « insolents » et a ajouté que c’est une réaction inacceptable de la part du secrétaire de l’United Deputy Rectors and Rectors Union.

Facebook Comments