Les élections générales n’auront lieu qu’en 2024, voire début 2025, mais d’ores et déjà, un air de campagne électorale souffle sur le pays. En témoignent les cérémonies ‘koup riban’ ou autres activités des partis politiques et même un certain lobby pour recruter des membres-cadres.

Démission et nouvelle adhésion font inéluctablement partie de la vie des politiciens. Face à l’émergence d’un différend, le politicien n’a des fois d’autre choix que de démissionner. Il rejoint alors un parti traditionnel ou alors il opte pour une retraite politique. Un démissionnaire peut aussi créer son propre parti mais la tâche est souvent ardue dans son cheminement politique. Les démissionnaires, qui ont créé leur propre parti, ont très souvent fait alliance avec un autre parti traditionnel pour avoir une part du gâteau, mais il faut bien choisir ses alliés.

Lors de la conférence de presse du MSM samedi au Bâtiment du Trésor, n’a-t-on pas entendu le ministre Joe Lesjongard déclarer que « Coq pou kit la baskour, so lezel pe bate », insinuant que le PMSD, selon lui, quittera la plateforme de l’Espoir. Lors de la séance des questions-réponses, un journaliste a souhaité avoir plus de précisions sur cette phrase. A cela, le ministre Maneesh Gobin a fait comprendre qu’il fallait attendre encore un peu pour savoir où ira le PMSD. Mais, dans la foulée, il a aussi fait ressortir que quelques membres cadres du PMSD sont en contact avec le MSM. L’on apprend ainsi que l’ancien candidat du PMSD dans l’Alliance Nationale lors des législatives de 2019, Assad Peeroo, aurait claqué la porte du PMSD pour rejoindre le MSM. A cela, Mahmad Kodabaccus, secrétaire général du PMSD, a répondu à ION News que ce dernier avait pris ses distances avec le parti depuis un certain temps déjà.

Selon nos renseignements, deux membres du bureau politique du PMSD seraient en contact avec l’état-major du MSM car ils voient d’un mauvais œil l’adhésion des bleus à la plateforme de l’Espoir. Selon Maneesh Gobin, ces personnes apprécient le travail qu’entreprend le gouvernement et l’ont fait savoir. Par ailleurs, rappelons que plusieurs membres du PMSD ont démissionné, notamment Ritesh Ramphul et le député Salim Abbas Mamode. Ce dernier a déjà eu des discussions avec le gouvernement. Maneesh Gobin a aussi déclaré que le Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, annoncera les noms des personnes qui souhaitent adhérer au parti soleil très bientôt.

Le MMM a connu également pas mal de démissions récemment. Mais du côté de l’état major des mauves, ces démissions ne changent rien à la donne et il affiche confiance et sérénité. Le point commun entre les démissionnaires du MMM et les potentiels démissionnaires du PMSD serait-il la plateforme de l’Espoir ? L’on se souvient, après le Bureau politique du PTr à Val de Vie, à Phoenix, le leader des rouges, Navin Ramgoolam, avait déclaré que c’était lui qui avait convaincu Paul Bérenger d’accepter Xavier-Luc Duval dans la plateforme. La première cassure a eu lieu quand le Parti travailliste avait été mis de côté. Par la suite la plateforme de l’Espoir a accueilli Roshi Bhadain, leader du Reform Party, et Nando Bodha qui a créé son propre parti.

Par ailleurs, le rapprochement de Nando Bodha avec le groupe d’avocats dits ‘les Avengers’ ne serait pas vu d’un bon œil. Selon nos recoupements, il y aurait eu un froid entre Nando Bodha et les autres leaders par rapport à ce rapprochement. Mais pourquoi donc puisque Roshi Bhadain est, lui aussi, proche des Avengers ?

Faisant bande à part, le PTr, même en l’absence de son leader, affiche une certaine force. Le Bureau politique des rouges a eu lieu la semaine dernière et la décision a été prise pour que le parti aille seul aux municipales. Patrick Assirvaden, président du PTr, a été clair. La porte est fermée à un éventuel retour dans la plateforme de l’Espoir. Même si Patrick Assirvaden a égratigné le gouvernement dans la conférence de presse qui a suivi le Bureau politique, on ne peut que constater que le PTr et le MSM ne font pas de sortie virulente l’un contre l’autre. On a aussi noté que le ministre Joe Lesjongard a, lors d’une conférence de presse du gouvernement, déclaré qu’il ne parlerait pas du PTr alors qu’il a été très critique envers les autres partis d’opposition.

Y aurait-il eu un rapprochement ou pas entre le soleil et la clé ? A noter que Dhaneshwar Damry, celui qui est à l’initiative de Gen-Next et qui a accompagné le Dr Ramgoolam en Inde, a assisté un événement en Inde organisé par le ministre indien de la défense. Une cérémonie pour invoquer des bénédictions pour l’eau sacrée afin de les distribuer parmi 115 nations sur les 7 continents du monde. Pourquoi donc le choix de Dhaneshwar Damry pour représenter Maurice ?

Par ailleurs, rappelons que l’opposition avait soutenu qu’il y aurait d’autres démissions au sein du gouvernement après celle de Nando Bodha. Or, ce sont au sein des partis de l’opposition à l’exception du PTr qu’on comptabilise les démissionnaires et certains sont pressentis pour rejoindre l’alliance gouvernementale. Des sources au sein du Sun Trust signalent que l’opposition a bien raison de se préparer pour d’éventuelles municipales. Même si le Premier ministre a déclaré que les élections municipales ne seraient pour l’heure pas d’actualité, le ‘feel good factor’ dont bénéficiera le pays avec la réouverture des frontières et la relance économique qui en découlera sont de bon augure.

Facebook Comments