Les Etats-Unis retiennent leur souffle. Une campagne à nulle autre pareille était, lundi 2 novembre, sur le point de s’achever, marquée depuis le mois de mars par l’épidémie de Covid-19. Cette dernière a bouleversé les plans des deux principaux candidats, le président sortant Donald Trump et le démocrate Joe Biden, creusant encore le fossé qui les sépare.

Au cours des dernières semaines, marquées par une nouvelle envolée des contaminations enregistrées et le maintien à un nombre élevé des morts quotidiens de la maladie, l’ancien vice-président de Barack Obama a fait du coronavirus l’un de ses principaux thèmes de campagne, avec la volonté de rassembler un pays miné par les divisions. Il n’a cessé de présenter la crise sanitaire comme le révélateur des dysfonctionnements de l’administration Trump, du manque d’empathie et de l’incompétence, selon lui, du président. Au contraire, ce dernier a dénoncé quotidiennement, ou presque, la trop grande attention prêtée à l’épidémie, instrumentalisée, à l’en croire, par les médias uniquement pour lui nuire.

Lire aussi. Présidentielle américaine : les onze Etats-clés où se jouera l’élection du 3 novembre

Joe Biden s’est appuyé sur les jugements sévères portés par les Américains. Selon la moyenne calculée par le site RealClearPolitics au 1er novembre, 57 % des personnes interrogées « désapprouvent » Donald Trump sur ce point, contre 40 % qui sont d’un avis opposé. L’écart se creuse depuis le début du mois d’octobre, parallèlement à la reprise des contaminations. Les personnes interrogées ont également plus confiance en Joe Biden qu’en Donald Trump (57 % contre 40 %) pour lutter contre la pandémie, comme l’ont montré toutes les enquêtes, dont celle du Pew Research Center, publiée le 9 octobre.

Source: lemonde.fr

Photo: Des spectateurs visionnent le second débat présidentiel depuis leurs voitures, à San Francisco en Californie, le 22 octobre. JEFF CHIU / AP

 

Facebook Comments