Un choc au sommet au programme de cette 37e journée de Premier League, dimanche. Dans le mano a mano qui l’oppose à Manchester City, large tombeur de Fulham (4-0) samedi, Arsenal se déplaçait sur la pelouse de Manchester United avec un seul objectif en tête : rapporter les trois points d’Old Trafford pour entretenir le rêve du titre, 20 ans après son dernier sacre national. Face à une formation mancunienne en crise et diminuée par les pépins physiques à répétition, le club londonien entendait capitaliser sur son incroyable dynamique affichée depuis son élimination en C1 par le Bayern Munich (quatre victoires d’affilée en championnat) pour parvenir à ses fins.

Compte tenu de l’enjeu majeur au tour de cette affiche, Arsenal a démarré la rencontre au petit trot. Si son début de partie a été entaché par des approximations dans la relance qui n’ont néanmoins pas été exploitées par des Red Devils imprécis aux avant-postes, le club londonien a pris progressivement confiance. Sûrs de leurs forces, les Gunners ont accéléré le jeu, forçant les Mancuniens à reculer. À trop vouloir se rassurer défensivement, Man Utd a fini par perdre pied sur la première occasion franche adverse. Coupable d’un mauvais alignement, Casemiro laissait le champ libre à Havertz sur le flanc droit. Après un travail de fixation à l’entrée de la surface, l’Allemand servait Trossard au premier poteau qui ajustait Onana d’un plat du pied (0-1, 20e), pour son 12e but de la saison en Premier League. Sonné, Man Utd a tenté de relancer la machine, mais s’est heurté à la solidité défensive de son adversaire.

Mission accomplie pour Arsenal !

Surtout, les Red Devils ont peiné à réagir collectivement, sans doute handicapés par l’absence de Bruno Fernandes. Sans être exceptionnel, Arsenal a fait preuve d’efficacité pour mener les débats à la pause. Avec des moyens limités, Manchester United n’a pas été en mesure de répondre à son homologue londonien en dépit d’une réelle envie d’aller vers l’avant au regard de l’activité de Garnacho sur le front de l’attaque mancunienne. La seconde mi-temps est repartie sur les mêmes standards que la première : une possession stérile des Gunners, du déchet dans la construction du côté des Red Devils. Un poil plus entreprenants, les locaux ont montré des premiers signes de révolte. Très en vue depuis le début de la rencontre, Garnacho a tenté de faire parler sa fougue et sa qualité de projection pour déstabiliser l’équipe adverse.

Source : Foot Mercato

Facebook Comments