De l’électricité à partir de la paille de canne, un projet viable selon l’Institut de recherche de l’industrie de la canne à sucre de Maurice (MSIRI). Le potentiel de production de 65 GWh d’électricité à partir de la paille de canne est réalisable. Ce qui permettrait de remplacer au moins 45 000 tonnes de charbon. Cette déclaration a été faite, hier, par le Dr Suman Seeruttun, directeur de recherche, programme de gestion des cultures, au MSIRI, lors d’une présentation sur la collecte de la paille de canne pour sa conversion en bioélectricité et ses considérations agronomiques.
La présentation a porté sur le développement de l’agenda technique concernant la collecte de la paille et sa conversion en bioélectricité initié en 2014 par le groupe Terragen avec la collaboration du MSIRI.
Selon le Dr Seeruttun, plusieurs essais ont été réalisés à partir de 2017, dans le but de revoir les préoccupations agronomiques associées à la collecte partielle de la paille.
Par la suite, il a souligné que plusieurs conclusions agronomiques ont été retenues et des essais ont été réalisés entre 2015 et 2020. Ainsi, il a été relevé que la collecte partielle de la paille n’a pas d’effets négatifs sur le rendement de la canne de la coupe suivante et que le contrôle des mauvaises herbes n’est pas difficile et coûteux.
Parmi les autres conclusions du projet de récolte de la paille pour la bioélectricité, on peut citer : la mise en place d’un système de traitement de la paille par l’équipe de Terragen, Terragri, Alteo et MSIRI et la collecte de quelque 14 000 tonnes de paille en 2018 et 2019 pour la production de bioélectricité.

Facebook Comments