Slider

Follow Us On

Slider

Il y a un manque d’équipements de protection face au Covid-19 dans les hôpitaux publics. Cela concerne notamment les masques N95 et les masques filtrants de type FFP2 recommandés par l’Organisation mondiale de la santé contre le nouveau coronavirus. Les combinaisons de protection complètes sont aussi quasiment inexistantes dans les établissements de santé publics, affirme un médecin qui se trouve en «première ligne» à l’hôpital Victoria, à Candos.

Face à une telle situation en cette période d’urgence sanitaire, un groupe de 70 médecins ont lancé un appel aux Mauriciens, plus particulièrement aux entreprises privées, pour leur venir en aide. Notamment ceux qui possèdent des stocks de masques N95 qu’ils avaient commandés pour leurs employés. Avec le confinement en vigueur, ces masques sont davantage utiles aux professionnels de santé appelés à traiter des malades.

L’appel a été lancé ce samedi 21 mars et certaines pharmacies ont déjà répondu positivement. Toutefois, aucun de ces produits n’a pu être réceptionné en raison d’un manque de logistiques. Ce groupe de médecins espère récolter 300 000 masques N95, des gants de protection, des masques chirurgicaux, des combinaisons de protection ainsi que des désinfectants pour les mains.

Le volume paraît exorbitant, reconnaît un des médecins du groupe, mais c’est l’unique façon de s’assurer de la protection du personnel soignant, souligne-t-il. Pour l’instant, les médecins doivent se contenter de masques chirurgicaux, qui sont inadaptés face au Covid-19. De plus, ils s’inquiètent quant au risque de contaminer leurs proches.

Que fait le ministère de la Santé ? Il fait ce qu’il peut, mais la situation est la même à travers le monde, relativise un autre médecin. La France et l’Angleterre font aussi face à une pénurie de masques de protection dans leurs hôpitaux. Cependant, notre source admet qu’il y a moins d’équipements disponibles que le chiffre avancé par les autorités mauriciennes.

Facebook Comments