Un atelier sur le projet d’apiculture intitulé ‘Moyens de subsistance alternatifs pour la sécurité alimentaire et des revenus dans les quatre nations insulaires de l’océan Indien’, a été lancé, ce mercredi matin, par l’Attorney General et ministre de l’Agro-industrie et de la sécurité alimentaire, Maneesh Gobin, à l’hôtel Voilà à Bagatelle.

Une subvention de Rs 20 000 a été aussi remise à quatre apiculteurs locaux pour l’achat de matériel apicole dans le cadre d’un programme visant à promouvoir l’apiculture. A ce jour, sur les 33 apiculteurs qui ont fait le demande de subvention, cinq bénéficiaires qui ont déjà acheté leur matériel apicole ont obtenu leur subvention. Les bénéficiaires présents ont remis chacun un échantillon de leur production de miel au ministre et aux experts étrangers présents.

Le ministre de l’Agro-industrie et de la sécurité alimentaire a réaffirmé l’engagement du gouvernement à stimuler la production locale de miel et a renouvelé sa détermination à apporter aux apiculteurs locaux le soutien nécessaire. Tout en soulignant qu’en 2020, quelque 27 tonnes de miel ont été produites localement et 300 tonnes ont été importées. Le ministre a insisté sur la nécessité de relancer la production locale. Il a fait remarquer qu’il existe un marché pour le miel à Maurice et a encouragé la production et la consommation de produits locaux. En outre, il a rappelé que l’importation signifie la perte des devises étrangères du pays.

En ce qui concerne la stimulation de la production locale de miel dans le pays, Maneesh Gobin a déclaré que le gouvernement injectait des investissements directs via des subventions en espèces et des concessions sur la taxe de circulation, dont trois apiculteurs enregistrés ont jusqu’à présent bénéficié pour leurs véhicules à double cabine. Il a également ajouté que son ministère envisage d’augmenter les zones apicoles et de placer des colonies d’abeilles dans des ‘chassés’, entre autres.

Maneesh Gobin a souligné que les résultats des échantillons de miel obtenus des apiculteurs pour analyse au Laboratoire de technologie alimentaire sont encourageants. Les résultats, a-t-il informé, ont montré que le miel brut local est de bonne qualité car il a une teneur en saccharose inférieure à 5 %.

Le ministre a également exprimé sa gratitude aux deux experts étrangers du Kenya dispensant actuellement une formation à Maurice, pour avoir partagé leurs connaissances et leur expérience. À ce titre, il a souligné l’importance de savoir comment les choses se font ailleurs dans la région. Il a exhorté les participants à l’atelier à tirer le meilleur parti des connaissances des experts.

Facebook Comments