C’est une affaire qui risque de faire grand bruit. Pour cause, ils sont de plus en plus nombreux les professionnels de l’industrie de la finance à s’y intéresser. D’autant plus que la plainte a été rédigée par l’avoué Kaviraj Bokhoree, connu pour ses prises de position non conventionnelles.

En effet, le cabinet VERDE réclame des dommages de Rs 139,2 millions à la Mauritius Commercial Bank Ltd (MCB) pour « rupture de négociations abusive ». L’entreprise dénonce la manière de faire de la MCB. C’est d’ailleurs ce qui ressort de la plainte déposée en cour commerciale. « Whilst at the same time maintaining equally the discussions open with the Plaintiff and falsely communicating that the deal could not be effected because of alleged regulatory constraints, epitomises the Defendant’s dishonest and perfidious disposition towards the Plaintiff », peut-on y lire.

Le litige porte sur Scale Up, un concept développé par VERDE, et qui aurait été utilisé comme base par la MCB au cours des trois dernières années dans le cadre des négociations d’un partenariat entre les deux parties. La MCB a finalement procédé en solo, sur la plateforme punch.mu, qui a pour objectif de venir en aide aux PME à travers le ‘networking’, entre autres.

VERDE dénonce « la mauvaise foi de la MCB lors des négociations qui non seulement ont été longues et ardues », mais qui, finalement, n’ont pas abouti car « la banque a usé de sa position de force pour rompre les négociations de manière unilatérale ».

Fondée en 2015, VERDE offre des services de veille économique et détient une licence de la Financial Services Commission en matière de Corporate Finance Advisory. C’est l’avocate Shaheena Carrim qui représente le plaignant dans cette affaire. Avec plus de 15 ans au barreau, elle a régulièrement conseillé des multinationales, des banques et des institutions financières, entre autres. Admise au barreau en 2003, Shaheena Carrim a été lauréate en 1995 et a étudié le droit en Australie.

Facebook Comments