Le rapport de World Meteorological Organization (WMO) publié le jour de l’Environnement mondial, mercredi 5 juin, souligne que le réchauffement global approche de la limite des 1,5 degré Celsius, mais il est essentiel de comprendre que cette limite concerne des augmentations de température à long terme sur plusieurs décennies et non des pics sur une période de un à cinq ans.

Le WMO a déclaré dans son rapport que la probabilité est de 80 % que la température annuelle moyenne mondiale dépasse de manière temporaire les 1,5 degré Celsius — la limite de l’accord de Paris — par rapport aux niveaux préindustriels pour au moins l’un des cinq prochains ans. Il y a une forte possibilité qu’entre 2024 et 2028 il y ait un nouveau record de température, surpassant 2023, qui est actuellement l’année la plus chaude jamais enregistrée.

Il est également le jour où le Copernicus Climate Change Service of the European Commission a officiellement annoncé que mai 2024 était le mois le plus chaud jamais enregistré, ce qui complète une série de 12 mois consécutifs de mois les plus chauds jamais enregistrés. En 2023, la température moyenne à la surface du globe était de 1,45 degré Celsius (avec une marge d’erreur de ± 0,12 degré Celsius) supérieure au niveau de référence préindustriel.

Bien que le rapport de WMO serve de rappel sombre que le réchauffement global approche de la limite des 1,5 degrés Celsius, il est essentiel de comprendre que cette limite concerne des augmentations de température à long terme sur plusieurs décennies, et non des pics sur une période de un à cinq ans.

Source : Firstpost

Facebook Comments