Les principaux acteurs de l’agroalimentaire et du commerce ont rencontré la Chambre de Commerce et d’Industrie de Maurice (MCCI) pour passer notamment en revue les accusations de prix abusifs qui abondent depuis le début du confinement national. Le secrétaire général de l’institution explique que celle-ci invite d’ailleurs le gouvernement à sanctionner «les commerçants irresponsables créant une pénurie artificielle, s’adonnant à une économie parallèle ou pratiquant des prix abusifs».

Yousouf Ismaël assure, par ailleurs, que ceux présents lors de la réunion de ce 17 avril ont pris un «engagement solennel» pour pratiquer des prix équitables. Les enseignes établies précisent toutefois que les pratiques abusives sont parfois le fait de commerces isolée, voire de réseaux parallèles et informels qui organisent de pénuries artificielles. «Certes, il y a des cas d’abus mais il faut cibler ceux qui ne jouent pas le jeu et nuisent à la bonne réputation des professionnels du secteur», tempère ainsi le secrétaire général de la MCCI.

Le regroupement d’acteurs économiques locaux souligne également que la crise du Covid-19 génère des pressions sur les prix qui ne sont pas causées par des marges additionnelles des commerçants ou des pratiques abusives. Guillaume Hugnin rappelle ainsi que pour ceux qui importent leurs produits, le dollar s’est apprécié de 8% tandis que certains fournisseurs ont de surcroît augmenté leur prix de vente.

Le vice président de la MCCI précise aussi que des opérateurs locaux fonctionnent avec des effectifs parfois réduits de 50% et des coûts supplémentaires nécessaires pour assurer aussi bien la protection de leurs salariés que la vente dans des conditions sanitaires appropriées. Hugnin assure par ailleurs que la population ne doit pas craindre des pénuries des produits de grande consommation. «Les pénuries de certains produits ne sont que temporaires et souvent l’œuvre de certains commerçants irresponsables», insiste-t-il.

La MCCI dit également travailler étroitement avec le gouvernement afin d’adapter le cadre juridique existant et prévenir les pratiques abusives des commerçants.

Facebook Comments