La Fédération Guinéenne d’Esport et la Fédération Mauricienne d’Esport sont les derniers membres à avoir été acceptés au sein de la Fédération internationale d’Esport (IESF), suite à l’Assemblée générale ordinaire. La Guinée a demandé un soutien pour son adhésion, soulignant que les athlètes du pays avaient besoin de l’aide de l’étranger et d’autres organismes après le coup d’État de l’année dernière.

Lors d’un vote, 60 membres ont voté pour et deux contre la demande d’adhésion de la Guinée. La demande de Maurice a également été approuvée avec succès, 58 membres ayant voté pour et aucun contre. Des modifications ont par ailleurs été apportées aux statuts de l’IESF, 46 membres sur 68 ayant voté en faveur de changements concernant le Comité des membres. Trois membres du Conseil d’administration doivent désormais être élus par les membres lors de l’Assemblée générale, un membre étant également nommé par le Conseil d’administration et un autre par le président. La durée des mandats est de trois ans.

L’un des représentants des confédérations de l’IESF – d’Afrique, d’Asie, d’Europe, d’Océanie et d’Amérique du Sud – doit également siéger au Conseil d’administration en tant que vice-président. Auparavant, le représentant de la Confédération pouvait assister et prendre la parole aux Assemblées générales, mais n’avait pas le droit de vote. Une motion de la Fédération russe d’Esports a également été adoptée à 93 %, permettant aux membres de soumettre des motions à l’ordre du jour 15 jours seulement avant l’Assemblée générale ordinaire, au lieu de 30.

Des modifications ont également été apportées au vote. Les personnes qui ont la possibilité de voter sur des questions et qui choisissent de ne pas voter du tout seront désormais considérées comme des abstentions et non comme des votes négatifs. Lorsque le vote électronique est utilisé sur des bulletins ouverts, les résultats de chaque vote seront archivés dans un fichier ouvert pour que tous les électeurs puissent voir chaque résultat. Dans le cas d’un scrutin secret, les chiffres des votes seront disponibles, mais pas les noms des votants par nation.

Une motion de la New Zealand Esports Federation visant à introduire un Comité d’audit et de risque n’a pas été adoptée, les membres de la Norvège ayant déclaré qu’ils étaient d’accord avec la suggestion, mais que la motion devait être reformulée. L’IESF a déclaré qu’elle était ouverte à l’idée de travailler avec des auditeurs indépendants également, mais cette question n’a pas encore été résolue. L’Esports Federation of India a aussi vu sa motion rejetée par une marge de 21 à 34, qui aurait supprimé l’expulsion des fédérations nationales si une autorité sportive nationale reconnaissait une autre organisation Esports.

Facebook Comments