Ce sont les mots du ministre des Finances Renganaden Padayachy, ce mercredi 9 juin, au Government House lors des préparations finales du budget 2021-2022. La lecture du Budget Speech se fera ce vendredi 11 juin à 17 h. C’est le deuxième budget pendant la crise sanitaire de Covid-19. S’ensuivront les débats budgétaires dès la semaine prochaine. Les attentes et les espoirs de la population et du secteur privé sont multiples, surtout dans le contexte actuel. Les consultations pré-budgétaires ont eu lieu depuis quelques semaines déjà et les retombées sont positives.

Préparation budgétaire

« Pendant un mois intense, le ministère des Finances travaille sur le budget, qui va nous apporter une visibilité par rapport à l’année financière 2021-2022 », a déclaré le ministre des Finances. Et de préciser : « On travaille afin de relancer l’économie, qui a été secouée et est tombée au niveau le plus bas et c’est dû à la pandémie ». Le ministre des Finances a, également, affirmé que le pays a perdu cinq ans de richesse et qu’il est urgent de « reprendre très vite le chemin d’une croissance économique positive et forte ».

Pendant cette préparation budgétaire, les différentes mesures qui seront proposées ont été passées en revue et scrupuleusement étudiées pour « voir leur impact sur l’économie et comment améliorer celle-ci. A deux jours de la présentation du budget, nous avons presque tout finalisé et nous sommes sur la dernière ligne droite », a fait ressortir Renganaden Padayachy..

En coulisses du Bâtiment du Trésor

A une question de la presse sur la possibilité que le budget mise sur un nouveau pilier de croissance, le ministre des Finances, le Dr Renganaden Padayachy a répondu, ce mercredi 9 juin, que « la surprise sera pour vendredi. Nous travaillons sur tous les piliers existants tout en développant de nouveaux piliers de croissance ». « Ce budget est axé sur la relance économique parce que pendant deux années consécutives on a eu des taux de croissance négatifs. On a perdu une partie de notre richesse à cause de la Covid-19 », a rappelé le ministre des Finances. « La philosophie du gouvernement est basée sur le développement humain qui apporte le développement économique et nous ne sommes pas là pour appauvrir une partie de la population qui sont d’ailleurs déjà considérés comme vulnérables », a rajouté le Dr Padayachy.

Budget axé sur le social

De son côté, Gérard Bussier, adjoint au secrétaire financier du ministère des Finances, a tenu à préciser « qu’il y a une très grande partie du budget qui sera axée sur le social. Ce ne sera pas seulement économique ». Ce dernier a assuré que « c’est un budget équilibré. Il y aura des mesures pour les personnes vulnérables grâce à ce budget socio-économique ». Et d’ajouter, dans la foulée, que « notre objectif c’est de faire progresser le pays. Au niveau du ministère des Finances, on prend en considération tous les aspects », avance l’adjoint au secrétaire financier.

C’est un ministre des Finances serein et sûr de lui qui a rencontré la presse aujourd’hui bien que les acteurs économiques et syndicaux prévoient « un budget dur ».

Facebook Comments