Le Premier ministre Narendra Modi a revendiqué, ce mardi 4 juin 2024, sa troisième victoire aux élections législatives en Inde.

« Le peuple a placé sa confiance dans la NDA (Alliance démocratique nationale) pour la troisième fois consécutive », a déclaré Narendra Modi sur le réseau social X, en parlant de sa coalition. « C’est un fait historique dans l’histoire de l’Inde ».

Cependant, selon les chiffres de la Commission électorale, après le dépouillement de 99 % des bulletins, il dispose, avec ses alliés, d’une majorité parlementaire réduite. Le principal parti d’opposition sort, lui, renforcé de ce scrutin.

D’après ces chiffres, le Bharatiya Janata Party (BJP) de Narendra Modi et les membres de sa coalition obtiendraient au moins 291 sièges, soit davantage que les 272 nécessaires à l’obtention d’une majorité parlementaire à la Chambre basse de 543 sièges.

Les analystes et les sondages à la sortie des urnes prévoyaient une victoire écrasante du BJP, dont la campagne a séduit la majorité hindoue, au grand dam des minorités religieuses. Mais pour la première fois en une décennie, le parti de Narendra Modi pourrait ne pas emporter seul la majorité et devra s’appuyer sur les alliés de sa coalition.

En revanche, le principal parti d’opposition, le Congrès, semble sur le point de quasiment doubler le nombre de ses sièges parlementaires, dans un revirement remarquable grâce à des accords visant à présenter des candidats uniques contre le rouleau compresseur du BJP.

Selon les chiffres de la Commission électorale, Narendra Modi a été réélu comme député de la Circonscription de Varanasi – sa troisième victoire dans la ville sainte de l’hindouisme – avec 612 970 voix, soit plus de 152 000 de plus que le plus proche de ses six rivaux dans cette ville également connue sous le nom de Bénarès.

Source : France24

Facebook Comments