Landscope Mauritius octroie 30 arpents pour la construction d’un complexe médical public à Côte-d’Or. L’accord a été paraphé, le 8 juin, par Dalida Allagapen, Senior Chief Executive du ministère de la Santé, et Naila Hanoomanjee, CEO de Landscope (Mauritius), en présence du Dr Kailesh Jagutpal, ministre de la Santé.

Ce lot de 30 arpents, situé en face du National Sports Complex de Côte-d’Or, accueillera trois infrastructures majeures du système de santé publique. Notamment un nouvel entrepôt de standard international pour le stockage de médicaments, matériels, fournitures et équipements médicaux, un laboratoire national d’analyses médicales ainsi que le futur Ayush Hospital. Dans un avenir proche, un nouveau centre national de cardiologie pourrait aussi s’implanter au sein du nouveau complexe médical, participant ainsi à la décentralisation des soins médicaux spécialisés dans le pays.

Le ministère de la Santé compte adosser au laboratoire d’analyses médicales un centre national dédié à la transfusion sanguine doté de facilités de collecte, stockage et d’analyse de sang. Une partie des quelque 11 000 m² occupés par cette nouvelle infrastructure sera également dédiée à l’apprentissage, avec la construction d’un auditorium et des salles de formation.

C’est à travers un partenariat public-privé que le ministère de la Santé compte financer l’entrepôt de stockage de médicaments ainsi que le laboratoire national d’analyses médicales. Un exercice d’appel à expression d’intérêt sera d’ailleurs bientôt lancé pour évaluer la volonté du secteur privé à investir dans ces deux projets d’envergure.

Selon Kailesh Jagutpal, ce complexe médical est une étape supplémentaire visant à concrétiser l’ambition de faire de Maurice un centre régional en médecine et pharmaceutique. « La construction de l’entrepôt de stockage de médicaments nous permettra non seulement de mieux servir le public mais aussi de prévenir le gaspillage. Tandis que le laboratoire d’analyses médicales dernier cri assurera une surveillance plus efficace des menaces épidémiologiques. C’est un outil indispensable à notre système de santé, comme nous le constatons avec l’épidémie de la Covid-19 », précise-t-il.

Facebook Comments