Malgré la demande du ministère de la Santé faite à tous ceux qui s’était rendus à une séance de prière chez la famille Gungah à Forest-Side, début mars, de contacter la hotline 8924 pour une prise en charge, un couple habitant La Caverne ne s’est pas fait connaître aux autorités. Ce qui a indigné plus d’un sur les réseaux sociaux, comme a pu constater ION News suite à un post pour tâter le pouls de la population. Un acte qualifié d’« irresponsable » pour beaucoup d’entre vous. « Je pense que la personne est la seule à blâmer ! C’est trop facile de se décharger de la responsabilité. Si la personne qui a invité ces gens-là a omis de mentionner certains noms, c’était aux invités de faire le pas et de se faire connaître. Ou pa rest trankil pandan 15 zour et kontinie vann ou legim san skrupul ! C’est des gens irrespectueux et irresponsables ! La loi devrait être sévère dans ce genre de situation. » Tels ont été quelques-uns des commentaires formulés par les internautes. D’autres ont blâmé le gouvernement pour n’avoir pu mettre en quarantaine toutes les personnes qui étaient à cette prière. A cela, un internaute réplique : « Tou le tan don tor gouvernman. Mais dimoun la ena so responsabilite. Nou bizin pa ipokrit. Donn tor se ki bizin done ». Kailesh Jagutpal, en conférence de presse, a précisé que les membres de la famille Gungah, quand ils ont été testés positifs, n’étaient pas en mesure de se souvenir de tous ceux qui étaient présents à la prière. Raison pour laquelle le ministère avait lancé un appel pour que ces personnes prennent contact avec les autorités. « En temps de crise la solidarité est de mise. » C’est avec ces mots qu’ION News avait interpellé les internautes. Le ‘duty of care’ ou le ‘devoir civique’ ont été cités en commentaires. Il aurait suffi de franchir le pas, dit-on.

Facebook Comments