Au moins 11 personnes ont péri dimanche dans un affaissement de terrain lors d’une réunion en hommage à des défunts dans un quartier populaire de Yaoundé, la capitale du Cameroun, a annoncé le gouverneur de la région à la radio publique CRTV. La capitale camerounaise frappée par un éboulement meurtrier. Au moins 11 personnes ont péri dimanche dans un affaissement de terrain dans un quartier populaire de Yaoundé, selon le gouverneur de la région à la radio publique CRTV. L’événement s’est produit lors d’une cérémonie d’hommage à des défunts dans la périphérie de la capitale.

Quatre corps recouverts de draps blancs ont été évacués en début de soirée par la police dans le quartier populaire de Damas, en périphérie est de Yaoundé, rapporte un journaliste de l’AFP. Celui-ci s’est trouvé au milieu de centaines de résidents affolés à la recherche de proches, et des secours qui tentent de se frayer un chemin vers les lieux du drame. De nombreuses familles s’étaient installées sous plusieurs grandes tentes sur un terrain vague au sommet d’une colline quand le sol s’est affaissé sous une partie de l’assistance, ont raconté à l’AFP plusieurs résidents sur place.

Les recherches se poursuivent
« Pour le moment nous avons 11 corps, les recherches se poursuivent pour trouver d’autres corps sous la terre », a expliqué sur les ondes de la CRTV Naseri Paul Bea, le gouverneur de la région Centre, dont Yaoundé est le chef-lieu. « C’est une réunion de gens qui voulaient pleurer des membres (de leurs familles) qui sont partis avant eux. Certains étaient assis sous une tente où il y a eu un glissement de terrain en début de soirée », a-t-il poursuivi.

Quatre grandes tentes blanches se dressaient toujours en soirée en haut de la colline, mais au bord de ce qui paraît être une arête au-delà de laquelle le sol a disparu, décrit le journaliste de l’AFP qui a pu s’approcher des lieux de l’éboulement avant d’être bloqué par un cordon de policiers. Aux environs du terrain vague, il y a aussi bien des maisons relativement cossues et en bon état que des habitations très précaires, comme celles innombrables, faites parfois de bois et de tôle, qui recouvrent les flancs des sept collines formant une partie du relief de la capitale camerounaise. Celle-ci est peuplée de plus de 4 millions d’habitants.

Source : France24

Facebook Comments